x
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.
Désactiver les cookies
Accueil Budget Sénégal 2016

Budget Sénégal 2016

 Sadio Sangharé Article de Presse
article53

Voté le 24 novembre par l'Assemblée nationale, le budget de l'État sénégalais passe de peu la barre des 3 000 milliards de F CFA. Une première. Le gouvernement anticipe un taux de croissance du PIB à 6 % en 2016.

La loi de finances initiale (LFI) 2016, adoptée à l’Assemblée nationale sénégalaise le 24 novembre a pour la première fois de l’histoire du pays franchi la barre des 3 000 milliards de F CFA. Le budget s’établit à 3 022 milliards de F CFA (4,6 milliards d’euros), en hausse de +5,33 % sur un an (contre 2 869 milliards de F CFA pour la LFI 2015). Le gouvernement anticipe un taux de croissance du PIB de + 6 % en 2016, contre 5,4 % attendu cette année, selon une note d’octobre du ministère des Finances [PDF].

Ressources internes

Pour Amadou Ba, le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, présent lors du vote à l’Assemblée nationale, « 58 % du budget est financé sur des ressources intérieures or jusqu’en 2000, c’était environ 78 % du budget qui l’était via des appuis extérieurs ».

Les dépenses d’investissements financées sur ressources internes connaissent une hausse de +9,7 %, passant de 557 milliards de F CFA pour l’année en cours et à 611 milliards dans la LFI 2016. Au total, les dépenses d’investissements sont prévues à 1 045 milliards de F CFA pour 2016, en hausse de +8,6 % par rapport à l’année dernière (962,2 milliards). Au même moment, les dépenses de fonctionnement programmées cette année à 745,8 milliards de F CFA décroissent de -156 milliards par rapport à l’année dernière.

Le déficit budgétaire de l’État sénégalais, dons compris, est attendu à 389,3 milliards de F CFA (soit 4,8 % du PIB) en 2015 contre 384 milliards (5 % du PIB) en 2014. Il est attendu à 373 milliards de F CFA en 2016, soit 4,2 % du PIB, selon les chiffres du ministère des Finances.

Amadou Oury Diallo

Source : JeuneAfrique